Ivan Le Terrible

Qui n’a jamais eu la tentation de lâcher des ours sauvages sur des moines emprisonnés dans une arène, en leur laissant (tout de même) pour moyen de défense un chapelet et un pieu ?

Ivan Le Terrible, lui, réalise ses envies les plus folles.

Salut Ivan

Portrait d’un homme pas vraiment commode :

Descendant de la lignée des Princes et des Grands Princes de Moscou, Ivan s’autoproclame le premier « Tsar de toutes les Russies » à l’âge de 17 ans en 1547.

Son père Vassili III meurt en 1533 quand Ivan n’a que trois ans et donc pas encore tout à fait l’autorité suffisante pour gouverner le pays.

S’ensuit une volonté de conquérir à tout prix le trône de Russie par les « Boyards », la noblesse de Moscou, en tentant d’évincer, ou même de tuer le petit Ivan.

Sa mère Héléna garde au chaud, tant qu’elle le peut, cette place si prisée en orchestrant la mort ou l’emprisonnement de tous les prétendants au trône.

Elle meurt empoisonnée quand Ivan fête ses 8 ans.

Sale ambiance pour une jeunesse princière.

Inscrit au sein de cette dynamique assez violente, il en adopte les codes dès le plus jeune âge.

Ses passes temps favoris : crever les yeux des oiseaux, éventrer des chiens et balancer leur carcasse par dessus les murailles pour entendre le doux bruit de leurs os s’écraser sur le sol ou même carrément brûler des villages entiers…

A 17 ans, enfin au pouvoir, il épouse Anastasia, pourtant une fille de Boyard, dont il est éperdument amoureux.

Elle, d’un naturel de douceur et de bonté exemplaire, aide les plus démunis, calme les crises de fureur de son mari, et donne vie à six enfants, dont seuls deux passeront l’âge adulte, Ivan, héritier au trône, et Fédor. Les grossesses à répétition la rendent faible et elle meurt subitement en 1560, au plus grand désespoir du Tsar.

Lui, agité, imprévisible et colérique, reste encore contrôlable tant qu’Anastasia lui susurre des mots doux à l’oreille.

Mais à la mort de sa dulcinée, tout dégénère. Certain qu’il s’agit d’un empoisonnement venant des Boyards, il s’applique à torturer et tuer consciencieusement tous ceux susceptibles d’être impliqué dans la mort d’Anastasia.

Subissant la disparition de l’élue de son cœur comme une injustice profonde, il perd peu à peu confiance en Dieu ainsi qu’en la religion, et décide de faire un peu de ménage politique. Il change les institutions, soumet l’Eglise à l’Etat, chasse les Boyards qu’il ne porte pas dans son cœur, et se créé une protection personnelle militaire : les Opritchniks, qui ne manqueront pas à leur tour de massacrer et terroriser des familles entières.

Il institue également en 1565 l’Opritchinina, immense terrain de d’expérience de gouvernance totalitaire dans lequel il dispose d’un pouvoir absolu. Il mènera son expérience durant sept ans, élevant le bilan de cette purge à plus 10000 morts.

Il tente à six reprises de remplacer Anastasia. Bien que l’Eglise ne cautionne pas autant de nouvelles unions, étant le Tsar de toutes les Russies, il se marie malgré tout à chaque fois. Étrangement les trois premières meurent précipitamment, les suivantes l’exaspèrent et il en bannira une partie au couvent jusqu’au restant de leurs jours.

Ivan Le Terrible doit sa notoriété à son grand talent d’inventivité dans le domaine de la torture :

Sectionner des corps à l’aide des frottements d’une corde, plonger des victimes alternativement dans des chaudrons d’eau bouillante puis glacée jusqu’au décollement de la peau, faire rôtir son médecin ficelé sur une broche de bois, crever les yeux de son architecte préféré pour ne pas qu’il fasse de plus beaux bâtiments que ceux qu’il a déjà érigé pour lui, obliger en prison un fils à tuer son père pour avoir la vie sauve et une fois fait le condamner à mort pour parricide…

C’est également un poète, selon lui, « Nous sommes libres d’admirer nos esclaves et sommes libres de les exécuter »

Son coup de maître intervient en 1581, alors qu’il croise sa belle-fille enceinte de plusieurs mois dans les couloirs, il observe sa tenue, la juge obscène et scandaleuse et la frappe comme il se doit avec son sceptre qui ne le quitte jamais.

Son fils héritier, Ivan, accoure en entendant les hurlements de sa femme, il s’interpose et la défend.

Ivan le père donne un violent coup de sceptre sur la tête d’Ivan le fils, qui meurt quelques jours plus tard des dommages de la blessure…

Moment de partage entre Ivan le Père et Ivan le Fils

Le Tsar de toutes les Russies le regrette amèrement, il meurt trois ans plus tard, certainement empoisonné, et le trône reviendra à Fédor, le plus simple d’esprit de la famille. Sans disparaître complètement, la violence qui règne alors en Russie à cette époque perd en virtuosité sadique avec la disparition d’Ivan Le Terrible.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: